En 4 mois, l’éditeur ivoirien NEI-CEDA a généré une plus-value de près de 7 milliards de FCFA pour ses investisseurs

 Les Nouvelles Editions Ivoiriennes – Centre d’Editions et de Diffussion, une société ivoirienne spécialisée dans le secteur de l’édition et qui est cotée sur la BRVM, réalise des performances exceptionnelles sur ce marché.

Depuis le 2 janvier 2018, le titre, qui portait une valeur de 37 FCFA, est passé à 585 FCFA. Cela représente selon les calculs de l’Agence Ecofin, une plus-value de près de 7 milliards de FCFA en moins de 4 mois (pour les 12,7 millions d’actions), et une plus-value de 1,3 milliard de FCFA sur le flottant boursier (part des titres librement négociés sur le marché).

Cette progression de valeur pour une entreprise qui, avant 2017, a connu deux années consécutives de pertes peut surprendre. Mais on a pu constater, notamment sur les 10 derniers jours, que la moyenne des titres échangés n’était que de 3488, un volume assez résiduel, comparé aux 2,3 millions d’actions qui composent le flottant boursier de l’entreprise.

Rappelons qu’en 2017 NEI CEDA a procédé au fractionnement de ses titres à la parité de 25 nouvelles actions pour chaque action ancienne. Le cours de l’action qui était de 1100 FCFA (son plus bas depuis 2014) est descendu à environ 47 FCFA. A l’analyse, la progression du titre NEI CEDA coincide avec l’amélioration de ses performances financières en 2017.

La société n’a pas encore publié ses chiffres annuels, mais au terme des 9 premiers mois de cette année là, son chiffre d’affaires a bondi de 97% atteignant 4,8 milliards de FCFA (2,4 milliards de FCFA en 2016). Une reussite due principalement à la signature d’un contrat avec l’Etat ivoirien, mais dont on n’est pas sûr si le règlement est déjà intervenu.

Dans ce contexte, son résultat net qui était négatif de 873 millions de FCFA à la fin septembre 2016 est devenu bénéficiaire de 462,6 millions de FCFA.

Sur cette base et au cours actuel de l’action, investir sur NEI CEDA rapporterait à ses investisseurs un rendement de dividende de plus de 6%. Un retour sur investissement qui est intéressant en comparaison aux autres opportunités de placement du marché des capitaux et de la bourse.

Toutefois, on ne verra clair que lorsque l’entreprise aura publié ses chiffres annuels et sa stratégie de dividendes (part de rémunération des actionnaires).


Source: Agence ecofin

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils