La plateforme sud-africaine Wealth Migrate veut mobiliser 30 millions $ via une offre publique d’actifs numériques

Wealth Migrate, une plateforme sud-africaine spécialisée dans les investissements immobiliers, projette de lever 30 millions $ d’ici la fin 2018 via une Initial Coin Offering (ICO), une méthode de levée de fonds qui consiste en l’émission d’actifs numériques échangeables contre de la monnaie virtuelle, notamment de la cryptomonnaie.

Pour Scott Picken (photo), le fondateur et directeur général de Wealth Migrate, il est question d’apporter du concret derrière les solutions d’actifs numériques. « Les investisseurs sont fatigués par les ICO qui ne produisent pas de grands résultats et s’attendent à ce que les actifs numériques encore appelés tokens (jetons) produisent des effets tangibles ».

La structure de l’opération reflète toute l’ingéniosité qui se développe autour de ce nouveau moyen de paiement à la mode. L’émission  se fera en deux temps. La première concerne 20% des jetons émissibles qui serviront à investir directement  sur des projets immobiliers de la compagnie.  La deuxième phase de l’ICO quant à elle, sera lancée lorsque les échanges de crypto-monnaie et de WealthE, le token développé par Wealth Migrate,  démarreront.

En rappel, Wealth Migrate qui a été fondé en 2010 a déjà facilité 1500 transactions d’investissements à travers sa plateforme, pour un total de 66 millions $, via sa plateforme blockchain. Les investisseurs impliqués dans ces transactions sont issus de 46 pays. Plus globalement, la cryptomonnaie continue son aventure dans l’univers de la finance avec un succès certain.

La locomotive des cryptomonnaies, le bitcoin, a fait son entrée sur le marché financier via le Chicago Board Options Exchange (Cboe) qui en fait un titre échangeable via des contrats en dollars, et lui accorde ainsi la première reconnaissance officielle de l’univers financier traditionnel.

Avant cet évènement décisif, c’est PricewaterhouseCoopers, l’un des 4 géant de l’audit dans le monde, qui a accepté de se faire payer en Bitcoin, dans le cadre des travaux réalisés pour des promoteurs de services liés à la cryptomonnaie en Asie. « C’est notre manière de nous aligner sur des modèles d’affaire innovants», a fait savoir Raymund Chung, le responsable PwC pour la région, selon des propos rapportés par le Wall Street Journal

Précisons que les jetons ou tokens sont des actifs numériques transférables entre deux parties via internet ne nécessitant dans la plupart des cas, l’approbation d’aucun organe de régulation. Les porteurs de cette catégorie de titres ne sont pas des détenteurs de parts de l’entité émettrice mais au contraire, s’offrir des tokens lors d’une ICO revient à pré-payer le produit ou le service appelé à être développé.


Source: Agence ecofin

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils