Le ticket d’entrée en Afrique pour le private equity coûte désormais plus cher, selon une étude menée par RisCura  

 Dans un rapport publié récemment, la firme sud-africaine RisCura, spécialisée dans le conseil et la recherche en investissement, revèle que le ticket d’entrée en Afrique devient de plus en plus cher.

La firme explique qu’à la fin 2016, le coût d’entrée des investisseurs dans le capital des sociétés représentait une moyenne 7,6 fois le bénéfice d’exploitation (marge réalisée avant impôts et amortissements) attendue, contre 5,2 fois en 2012.

L’étude fait même savoir, que près de 30% des investissements qu’elle a analysés, avaient payé un coût d’entrée représentant 10 fois le bénéfice d’exploitation attendu. Dans les années antérieures, on retrouvait moins de 20% d’investissement dans cette tranche de coût.

Le rapport indique aussi que les investissements sur de grandes sociétés, avec des engagement au dessus de 250 millions $, sont celles où on recense les coûts les plus élevés.

Plusieurs raisons peuvent expliquer cette dynamique dans le secteur de l’investissement en Afrique. Alors que l’Afrique connaissait une forte croissance, soutenue par une importante demande de matières premières, de nombreuses firmes d’investissement ont mobilisé des fonds pour réaliser des investissement en Afrique. Or la crise des prix des matières premières est passée par là et il y a désormais plus de fonds que d’opportunités pertinentes de placements.

Par ailleurs, malgré cette hausse des coûts, investir en Afrique demeure moins cher que dans n’importe quelle région du Monde.


Source: Agence ecofin

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils