Mitsui & Co devient le 2e trader japonais dans le secteur agro-industriel africain, via un investissement de 265 millions $  

Mitsui & Co, une firme japonaises spécialisée dans le trading s’apprête à investir près de 265 millions $ pour prendre une participation minoritaire mais stratégique, dans le capital d’ETG Group, un conglomerat présent dans 12 pays d’Afrique subsaharienne, et qui est spécialisé dans le trading de produits agricoles comme la noix de cajoux, les légumes ou encore les graines de sésame.

L’entreprise japonaise devrait racheter des parts détenues par le management d’ETG, et une autre part déténue par Pembani Remgro Infrastructure Fund. Enfin, cet investissement du japonnais offre une porte de sortie à la filiale de private equity du groupe Standard Chartered Bank (SCPE).

« SCPE est fier d’avoir travaillé avec ETG au cours des 6 dernières années, pour créer une entreprise leader sur le marché africain avec une exposition mondiale. ETG a réalisé une croissance phénoménale au cours de cette période et nous pensons que Mitsui est le partenaire idéal pour l’aider à atteindre la prochaine étape de sa trajectoire de croissance », a fait savoir Ronald Tamal, le responsable Afrique du SCPE.

ETG s’est fait connaître en 2012, lorsque Carlyle Group, l’un des géants mondiaux du private equity, y a investi, avant de céder sa participation à l’équipe de gestion de l’entreprise. Pour ce qui est de l’engagement de Mitsui & Co, c’est le deuxième investissement d’un groupe de trading japonnais sur des intérêts agricoles africains.

En 2015, le japonais Mitsubishi a acquis 20% du capital d’Olam, un groupe singaporien connu essentiellement pour ses exploitations de palmiers à huile dans plusieurs pays d’Afrique. Ces sociétés japonaises de trading poursuivent en l’Afrique leur stratégie de diversification. Elles cherchent aussi à générer des rendements importants, dans une région où le risque pris est largement récompensé.


Source: Agence ecofin

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils